• 201025 visits
  • 921 articles
  • 4067 hearts
  • 3994 comments

- Les Valeurs ! - 27/11/2009

photo de notre ami Benjamin,

Voici une photo que Benjamin a prit dans une oisellerie belge, sont mis à la vente
des femelles de yuhina à diadème, sexées à un prix exorbitant de 350¤, savez-vous quand 2004
ces oiseaux ne valaient que 35¤, soit dix fois moins ! - et encore bien payé -
Comment un éleveur avec de petits revenus peut se permettre d'acheter des oiseaux à tels prix !
Si les éleveurs n'arrêtent pas d'enchérire ainsi que les acheteurs,
ont va perdre encore un bon nombre d'espèces, je pense qu'il y a assez de non importations ce qui nous a fait perdre beacoup d'espèces et si en plus les prix flambes,
il sera impossible de stabiliser des espèces peu courantes !
Pour le moment la machine repart dans l'autre sans, les différents marchands nordiques sont
en train de solder les oiseaux et peut-être fermer leurs portes, un ami a vu des martins
de rothschild plus blancs mais jaunes ! à force de stockage dans les magasins.
Encore l'appât du gain, un martin qui vaut extrêmement chèr
alors ont le produit et voilà le résultat.
Un petit conseil, pour les oiseaux qui n'ont pas de dimorphisme et
que vous voulez faire l'acquisition, ne dites jamais le sexe que vous désirer, dites plutôt: "ont va attendre les résultats ADN", parceque certains petits - marioles - prennent les plumes d'un oiseau du sexe désiré les gluises dans l'enveloppe avec le n° de bague
et les résultats ADN tombent au mieux !

Tags : à savoir !

- Prophylaxie sanitaire - 28/11/2009

calliste a cou rouge, mâle (tangara cyanocephala) ,
- Toutes les photos qui accompagnent les articles " prophylaxie " sont de l'élevage de ludovic -

Certains produits que vous pourrez voir dans ce texte sont devenus interdits
" les biens fait de l'europe " et aussi certains ont changés de laboratoires " chose courante ",
j'ai fais cet article il y a quelques années !
Légende : NC = non commercialisé - PA = produit actif
(Prophylaxie utilisée par mes soins.)

LES VERS

1-Les vers ronds :

Les plus courants sont les « ascaris » capillaires, heterakis. Parmi les moins courants, on peut
citer : les trichostrongte, Microfariose (maladie) Tétramère, Oxyspurose (maladie) ce ver se tient
dans les sacs conjonctivaux d'où la confusion possible avec les conjonctivites orbitales (bactérie)
Parmi les traitements : Ivermectine(PA) Acariose (maladie) Syngamose (maladie) à hôte
intermédiaire, Panacur (NC)
Pour tous ces vers on peut aussi utiliser le LEVAMISOLE (PA) Ce produit actif stimule
également le système immunitaire, ce qui peut servir pour autre chose.
Plusieurs laboratoires assurent la fabrication comme Biové avec le Biaminthic 5 (NC) dont
la posologie est de 4 ml / litre buvable (flacon de 250 ml) Traitement pendant 1 jour.
Les traitements systématiques ne servent à rien. En effet un oiseau en cage n'a aucun risque
d'être contaminé, mais par contre pour des oiseaux récemment importés, il est préférable de leur
administrer un petit traitement.
Parmi les vers cités ci-dessus seuls les ascaris sont visibles. Ils mesurent 3 cm pour un
diamètre de 1 mm (que l'on peut voir après traitement) En cas de suspicion, après analyse ou au
vu des vers dans les fientes, refaire un traitement après 10 jours. Tous ces vers ont un cycle de vie
assez court. Il est indispensable d'effectuer un nettoyage complet des cages ou volières après
chaque traitement avec un produit efficace : un bon produit Ivomec (NC) Je le prends en
percutané, cette façon a l'avantage de pouvoir être mis directement sur la peau et un très grand
nombre de vers y est sensible.

2- Les vers plats (cestodes) :

Il en existe un très grand nombre selon les espèces parasitées (oiseaux, mammifères, etc. .. )
Le ténia a besoin d'un hôte intermédiaire.
Exemple : le ver de terre mange la larve du ténia, ensuite la grive mange le ver de terre... La
boucle est bouclée et notre pauvre grive à du ténia ! ! !
Il y a aussi d'autres intermédiaires ! Il faut donc toujours penser à traiter les oiseaux
d'importation, surtout les insectivores. Le Niclosamide (PA) est à utiliser en droguage (même
processus que le gavage) ou à mélanger dans la pâtée. Mais on peut trouver dans le commerce
toute une panoplie de médicaments pour combattre ce ver.
Le Niclosamide ne doit pas être utilisé par très grande chaleur ou essoufflement des oiseaux
(l'oiseau qui vient d'être capturé peut être essoufflé : dans ce cas, il est indispensable de le laisser
retrouver son calme avant de procéder au droguage ou gavage)

3- D'autres vers plats :

Ces vers très dangereux sont difficiles à éliminer. Ce sont des douves, Distomatose
(maladie) ou Echinostoses.
Ces vers sont à éliminer avec des produits administrés en droguage (ou gavage) ou mélangés
à la pâtée comme Panacur (NC) Mebennet (NC) et autres produits pour mammifères.
Pour les hôtes intermédiaires, ils sont très faciles à faire disparaître. Il est nécessaire de
disperser de la chaux, (chaulage) en retournant les terres, etc. ...
Les douves et les ténias ne sont pas très courants dans les élevages.
Pour ma part je ne vermifuge que les oiseaux que je viens d'acquérir et surtout ceux
d'importation.

Tags : articles

- Prophylaxie sanitaire - 28/11/2009

dacnis bleu, mâle (dacnis cayana) ,

LA COCCIDIOSE

Il existe un très grand nombre de ces protozoaires. Pour certaines espèces domestiques, il y
a une espèce de ce parasite pour chaque espèce domestique Pour nos oiseaux la plus courante est
le genre Isospora qui compte plusieurs espèces qui peuvent par contre contaminer une autre
espèce d'oiseaux qui ne lui est pas spécifique et vise versa.
Pour les traitements, il existe toute une série de dérivés des sulfamides et bien d autres
traitements très efficaces. Il est recommandé d'attendre une semaine avant de reprendre un
éventuel deuxième traitement. Un bon nettoyage après chaque traitement est indispensable. Ces
protozoaires ne sont pas sensibles aux désinfectants et peuvent rester en vie plus de 12 mois
(oocytes) en milieu extérieur.
Cette maladie n'est pas à prendre en compte, elle se développe très rarement. Il est
préférable de laisser les oiseaux s'immuniser, ce qui sera mieux si une attaque survient.
En ce qui me concerne, je fais deux traitements consécutifs tous les ans, (voire tous les deux
ans) avec du Metoxyl (NC) Laboratoire Vibrac commercialisé en flacon de 250 ml (posologie : 2
ml par litre d'eau pendant 5 jours)

Tags : articles

- Prophylaxie sanitaire - 28/11/2009

calliste a tête brune, mâle (tangara gyrola ),

GIARDIASE -TRICHOMONOSE -TRYPANOSOMOSE

Voici encore des maladies dues à des protozoaires. Ces maladies ont été trouvées sur de
nombreux oiseaux, en particulier sur des Diamants océaniens et australiens donc des maladies
dont il faut tenir compte.
Le médicament appelé « Dimétridazole » (PA) a des effets neurologiques. En conséquence il
ne doit pas être utilisé par un néophyte.
Pour mes oiseaux, je prends Ronidazole (PA) des laboratoires Omis appelé Trichorex (NC)
sans effet secondaire. Un traitement tous les deux mois pendant 6 mois pour ceux qui élèvent les
diamants désignés ci-dessus.
Ces protozoaires ne sont pas faciles à éliminer, mais il faut toujours se constituer une
immunité. Par contre pour les oiseaux d'importation ou provenant d'autres élevages il y a de
grandes chances pour qu'ils développent cette maladie.
Mais l'immunité doit toujours être de règle dans un élevage «fermé » : c'est-à-dire qu'aucun
autre oiseau ne rentre dans cet élevage, ce qui n'est pas très facile pour les oiseaux. J'élève
d'autres volatiles qui sont sélectionnés selon leur productivité et leur résistance aux diverses
maladies.
Le changement de sang est fait toujours au même endroit, donc jamais de traitement, sauf
cas exceptionnel.

Tags : articles

- Prophylaxie sanitaire - 28/11/2009

souimanga splendide, mâle (souimanga coccinigaster),

LA COLIBACILLOSE

Il existe de nombreuses formes de colibacilles, qui sont plus ou moins pathogènes. Ils
appartiennent aux entérobactéries comme les salmonelles (environ 500 souches isolées) et bien
d'autres sortes d'entérobactéries.
Escherichia coli est le nom de ce petit colibacille qui pollue les pièces d'élevage surpeuplées
(surtout dans les élevages de type domestique: canaris, mandarins, etc. ..)
Ces entérobactéries ne sont normalement pas incluses dans la flore intestinale des oiseaux,
mais il en a été trouvées des non-pathogènes.
Pour les éleveurs qui veulent faire procéder à une analyse, il est recommandé de travailler
sur des oeufs. Les Coli tuent les embryons à environ 5 jours (ou moins), même si d'autres
paramètres rentrent en compte pour la mort de l'embryon (exemples : poux rouges, mâle ou
femelle trop excité, dérangement intempestif, maladie, etc. ..)
Pour une très bonne analyse, il faut travailler des cultures sur organes. Il faut savoir aussi, ce
qui complique les données, que ce genre de « coli » mute après chaque traitement, donc un
antibiogramme ne sert à rien ou à pas grand-chose ! ! !
Donc en cas de mortalité dans l'oeuf importante ou en jeunes (ils sont très anémiés et blancs),
les parents peuvent avoir la diarrhée, même si beaucoup sont immunisés. Dans ces cas-là, prendre
un antibiotique à large spectre qui couvre les gram + et gram -et devrait détruire un grand
nombre d'entérobactéries de tous genres.
On peut aussi faire un tri, lorsque cela est possible. Pour immuniser des oiseaux comme cela
a été précisé ci-dessus :
-changer d'antibiotique à chaque fois.
-désinfecter après chaque traitement (bactéricide).
-ferment lactique, pansement gastrique à chaque fin de traitement (pro biotique, etc. ..).
-bien ventiler les pièces d'élevage car les Escherichia coli sont surtout véhiculés par les
poussières.
-si les oiseaux sont sensibles aux mycoses, mieux vaut ne pas les traiter et faire un tri
immunitaire ou encore élever de préférence en volière extérieure.

Tags : articles

- Prophylaxie sanitaire - 28/11/2009

guitguit à pattes jaunes , mâle (cyanerpes caeruleus),

LE POU ROUGE

(Dermanyssus gallinae) et d'autres acariens, le pou noir ou pou du Canada (Omithonyssus
sylvarium) le pou tropical (0. bursa), ces deux derniers ne sont pas très courants dans les
élevages. Ils ont la particularité de vivre sur les oiseaux, et de s'y reproduire. Le cycle est de 8
jours entre la ponte de l'oeuf et l'adulte prêt à se reproduire.
Le cycle est le même pour le pou rouge. Ces poux peuvent parcourir de très grandes
distances et vivre sans manger de très longs moments (200 jours pour le pou rouge et 30 jours
pour le pou du Canada)
Pour le pou rouge il y a un pic de reproduction par forte chaleur et pour celui du canada le
pic de reproduction se situe quand il fait froid. Pour ce dernier les oiseaux arrivent à faire des
toxines dans leur sang pour ce parasite qui s'adapte à une espèce d'oiseaux.
Ces parasites peuvent transmettre microbes, virus et parasites.

Pour revenir à nos petits poux rouges, il y a quelques années j'ai eu une épidémie, je
pense due à des oiseaux indigènes, en particulier les moineaux domestiques (un minimum de 20 nids chaque année pour 200 jeunes environ). Sur les moineaux on trouve toute sorte de pathologie.

Pour ceux qui ont des pièces d'élevage bien chauffées en hiver et qui participent aux
concours, le phénomène est identique. Le plus dur est de détecter leur présence. Pour les repérer,
il faut regarder de très près : la nuit, quand ils se promènent, ils laissent sur leur passage de toutes
petites crottes grises que l'on peut voir à l'½il nu.
Donc, à cette occasion, j'ai essayé toutes sortes d'insecticides, (Carbaryl, Pyréthrine, etc. ..)
sous toutes les formes, sauf le Lindane. J'ai même essayé les colliers insecticides pour chat, le
tout sans résultat !
Les nids en carton étaient brûlés. Ceux en bois où je trouvais des colonies de poux étaient
enfermés dans un sac en plastique avant d'être déposés dans un congélateur pour être ensuite
nettoyés à fond, passés au four : une vraie galère !
Un beau jour, il me restait de l'Ivomec (NC) en flacon (percutané), j'ai eu l'idée d'en mettre
sur les perchoirs avant la tombée de la nuit : une goutte avec un compte gouttes a chaque
extrémité de celui-ci !
La goutte enrobait bien le perchoir, donc ces petites bestioles ne pouvaient plus passer et
depuis ce jour je n'en trouve quasiment plus ! (environ un tous les deux mois et encore en
cherchant bien !!).
Je ne sais pas si l'Ivomec a un effet identique aux répulsifs ou si le parasite en passant sur le
perchoir est tué.
Quelques symptômes permettant de détecter la présence de poux
-jeunes anémiés.
- ½ufs mal couvés ou pas couvés du tout (mortalité dans l'½uf comme avec les E. coli).
- parents qui dorment dans la journée.
- au lever du jour, les parents « Vépouillent » (se secouent.
- crottes de parasites sur les barreaux et / ou cloisons.
- nids abandonnés sans raison.
A noter que l'on pourrait y trouver l'explication de certains picages.

Tags : articles

- Prophylaxie sanitaire - 28/11/2009

calliste a ventre jaune, femelle (tangara xanthogastra),

LES MYCOSES

Les mycoses sont dues à des moisissures (champignons microscopiques.

- Aspergillose (Aspergillus fumigatus) qui colonise l'appareil respiratoire.
- Candidose (Candida albicans) qui colonise l'appareil digestif.
Il en existe différentes autres, mais les espèces ci-dessus sont dans les pathogènes et les plus
souvent décelées.
Ces champignons sont très présents dans la nature, la candidose étant aussi courante dans le
tube digestif. Pour les oiseaux vivant dans des volières extérieures toute l'année, elles sont très
peu rencontrées, quoi qu'il me soit arrivé d'avoir des cas de maladie, mais en pièce d'élevage la
maladie est plus fréquente et, bien sûr, chez les importateurs qui stockent en pièces fermées.
L'ingestion de moisissures n'est normalement pas pathogène, ce qui est très pathogène c'est
l'inhalation importante des spores. Ces spores deviennent encore plus dangereuses au passage de
l'oiseau (spores relâchées dans les fientes) donc pour les éleveurs habitant des régions humides il
est impératif de bien assainir et d'assécher au maximum les locaux en se dotant d'un hygromètre
de façon à savoir à quoi s'en tenir (60 de moyenne)
Toujours bien ventiler quand on passe l'aspirateur ou le balai afin que les spores, soient
évacuées à l'extérieur. Les oiseaux susceptibles de développer ces maladies sont les jeunes, les « faibles »
(génétiquement), les « fatigués » (les femelles notamment), les suites de traitement à base
d'antibiotiques, (ou plus exactement en cours de traitement antibiotique) et les oiseaux maladifs.

Pour ma part j'utilise :
-du Fungisone (PA) en gélule. J'ai eu de bons résultats en mélangeant une gélule dans un
kilo de graines (préférable au mélange dans l'eau de boisson)
-du sorbate de tétracycline (PA) à raison de 2 g par litre d'eau,
-Nystatine (PA) 1 comprimé pour 10 ml ou 2 ml par kg de poids vif : l'emploi de ce produit
est assez contraignant.

Quand il y a une épidémie, il est toujours un peu tard, elle arrive après une longue période
de mini humidité en fin d'été et se déclare par exemple en début d'automne quand on commence à
chauffer et que les pièces d'élevage sont closes et sèches : à ce moment là, les spores volent dans
l'atmosphère.

Les fientes des oiseaux atteints par :
-l'aspergillose sont, en général, liquides
-la candidose sont de couleur blanc cassé et consistantes

Donc il faut faire des nettoyages fréquemment avec des antifongiques pour obtenir l'hygiène
la plus parfaite possible. En plus de l'hygiène qui doit être observée scrupuleusement, il est
prudent de toujours garder les souches d'oiseaux les plus solides pour une garantie efficace
d'immunité.
Voici donc mes principaux traitements !
Après viennent «les accidents de parcours» que tout éleveur a eu à déplorer un jour ou
l'autre. Les cas sont nombreux : noyades, intoxications, oiseau pris dans le grillage avec sa bague
ou des ongles trop longs, épervier ou chat qui affole les oiseaux en volière, oiseau un peu trop
caractériel envers ses congénères, etc. .. et la liste peut être très longue !
Il faut toujours agir très vite dans ce genre de circonstances pour ne pas perdre un ou
plusieurs oiseaux.

Tags : articles

- Prophylaxie sanitaire - 28/11/2009

tangara paradis, couple (tangara chilensis paradisea) ,

VITAMINES. OLIGO ELEMENTS, ACIDES AMINES, PRO BIOTIOUES.

Produits qu'il faut utiliser pour la mise en forme classique, après traitement médicamenteux,
pour aider les jeunes pendant le début de leur croissance, pour la production d'½ufs etc. ...
Voici quelques produits que je trouve très bons :
-TONIVIT (NC) des laboratoires TVM
Oligo éléments + vitamines + acides aminés
Produit qui pourrait résoudre beaucoup de problèmes : stress, reproduction, mise en forme,
etc.
-SUPERFORM (NC) des laboratoires Brunet
Composition à retrouver.
Même action que le produit précédent.
-OCECHOLINE (NC) des laboratoires Vibrac
Minéraux (oligo éléments - acides aminés)
Bon produit pour équilibrer un oiseau.
-LACTACAL (NC) des laboratoires Biové
Idem au produit ci-dessus, mais plus axé sur les problèmes de calcium.
Mal de ponte, mauvaise assimilation du calcium pour jeunes et adultes, etc.
-ORNILACTYL (NC) des laboratoires Ornis
Argile, enzymes, pro biotiques.
(pour aider la flore intestinale, pansement gastrique, digestibilité).

Tags : articles

- Prophylaxie sanitaire - 02/05/2010


Un bon produit et polyvalent, pour nos petits problèmes d'élevages,
qui peut servir pour la gale, les vers (je n'ai encore jamais lu de résultats scientifiques
avec l'ivermectine en solution cutanée sur les oiseaux), acariens pulmonaires
et aussi pour nos petits poux rouges ! Et bien d'autres petits soucis.
Il suffit de trouver un compte goutte (ont peut en trouver en pharmacie),
en général ont met une goutte sous l'aile de l'oiseau (sur la peau),
le seul problème avec ce produit sont conditionnement 250 ml !
beaucoup trop important pour un élevage moyen, quand la date péremption
arrive il en reste toujours un bon tiers dans le flacon et chez les autres éleveurs
idem, les autres marques proposent aussi le même conditionnement, certains vétérinaires
peuvent le détailler, mais ils sont assez rare !
Donc un produit à acheter à plusieurs, comme il reste encore assez onéreux.

Tags : produits vétérinaires