• 198132 visits
  • 921 articles
  • 4066 hearts
  • 3984 comments

Grive de Sibérie 01/11/2010


mâle adulte ( Geokichla sibirica ),

- élevage et photo de notre ami Robert (Hollande) -

Un oiseau de la même taille que la grive à tête orange (Geokichla citrina),
mais beaucoup plus effilé comme le grive mauvis (turdus iliacus)
que certains connaissent puisque cet oiseau est un indigène de chez nous,
la grive de Sibérie a juste une sous-espèce; G. s. davisoni, un peu plus grande
mais beaucoup plus foncée (presque noir), on peut la voir un sur ce lien;
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/fd/Turdus_sibiricus.jpg
(cette photo devrait représenter cette sous-espèce, dure d'être catégorique
puisque maintenant ont peut trafiquer les photos !)

Tags : gros turdidés

Grive de Sibérie 01/11/2010


femelle ( Geokichla sibirica ),

- élevage et photo de notre ami Robert (hollande) -

Cette femelle est en plumage sub-adulte, elle va devenir plus foncée (marquée)
avec un sourcil presque aussi important que le mâle,
" les femelles toujours très discrètes pour la sauve garde de l'espèce ! ".
Ces oiseaux ont toujours été représentés chez de nombreux éleveurs d'Europe,
depuis le début de l'élevage amateur, pour ses couleurs et son chant !
Mais depuis quelques années elle a disparu dans les élevages français, vu notre législation !,
qui impose pour cet oiseau le certificat de capacité, pourtant un oiseau
qui atterrit que très rarement sur notre sol, une fois toute les . . . . . !
" à peu près jamais ! ",
Voilà ce que j'ai pu lire sur un livre publié en 1975;
turdus sibiricus (ancien nom); 5 captures en France, au XIXe siècle,
2 en Belgique, en 1901 et 1912
donc assez maigre l'apparition accidentelle dans notre pays pour la protéger !

Aux dernières nouvelles elles sont encore élevées en Allemagne et Hollande.

Tags : gros turdidés

Grive de doherty 17/02/2010


couple ( Geokichla dohertyi ),

- élevage et photo de notre ami Salvatore -

Une belle petite grive qui comporte trois autres espèces très proches, dont la zoothera interpres
qui fut élevée auparavant.
Comme tous les oiseaux indonésiens, il faut les protéger des grands froids,
leur métabolisme (si l'ont peut dire) n'est pas étudié pour cette épreuve, sauf pour les oiseaux
qui sont issus de nombreuses générations d'élevages " donc l'habitude de nos climats " .

les oiseaux du genre zoothera (grives) ont en règle générale une marque à l'aile qui part de l'épaule
dans le sans horizontal et qui n'est pas présent en générale sur les turdus (merles),
les oiseaux européens que l'ont appellent grives sont ont fait des turdus (merles).

Tags : gros turdidés

Moqueurs polyglottes 10/04/2011


couple ( Mimus polyglottos ),

- élevage et photo de notre ami Salvatore -

De la taille de notre merle noir, d'ailleurs il se rapprocherait assez des turdidés
sur certains points, le Moqueur polyglotte est originaire d'Amérique du nord
ou il est assez commun, avec trois sous-espèces;
- Mimus polyglottos polyglottos
- Mimus polyglottos leucopterus
- Mimus polyglottos orpheus
Malheureusement que très peu représenté dans nos élevages,
pourtant un mimidé facile à nourrir puisque omnivore,
donc une alimentation que très peu spécialisée !
Son autre attrait: le chant, imitateur inné comme tous les moqueurs,
ils peuvent avoir un panel de vocalises assez importantes, il suffit
de leur apprendre dés leur jeunesse.

Tags : mimidés

Arrenga siffleur 11/03/2011


mâle ( myophonus caeruleus ),

- élevage et photo de notre ami Lotfi -

Un oiseau que l'on appelait avant " merle bleu siffleur ", bien plus
poétique ! Il a été importé toujours en petits nombres ceux à becs noirs
et à becs jaunes, dont on trouve les 7 sous-espèces suivantes;

- Myophonus caeruleus turcestanicus (bec jaune)
- Myophonus caeruleus caeruleus (bec noir)
- Myophonus caeruleus crassirostris (bec jaune)
- Myophonus caeruleus dichrorhynchus (bec jaune)
- Myophonus caeruleus eugenei (bec ?)
- Myophonus caeruleus flavirostris (bec jaune)
- Myophonus caeruleus temminckii (bec jaune)

Un oiseau très intéressant de par sa coloration et son comportement
mais avec une taille qui en a fait réfléchir plus d'un, cet oiseau fait 35 cm de long !
Ils consomment surtout des insectes, des mollusques, des grenouilles de petite taille,
des lézards, mais aussi de baies et autres.
Un oiseau que l'on rencontre la plupart du temps près des cours d'eau et rocailleux,
où il établit souvent son nid sur les parois rocheuses selon les sous-espèces.
D'autres aussi dans le genre myophonus (9 genres) ont été importés,
mais les éleveurs restent très rare en Europe, il y en a aussi dans quelques
Parcs animaliers.

Tags : gros turdidés

Cossyphe à calotte rousse 27/07/2010

couple ( cossypha natalensis ),

Un cossyphe que je n'ai jamais eu la chance d'élever, mais que j'ai pu voir
à plusieurs reprises chez des importateurs, un oiseau qui ressemble à la grive à tête orange
sauf la taille et le fond des couleurs qui diffèrent, et que 17 cm pour ce cossyphe,
avant on l'appelait cossyphe du natal, mais comme toute cette famille, ils se sont perdus
en élevage faute d'élevages sérieux et surtout d'éleveurs, en plus leurs caractères
assez furieux a fait le reste,
un oiseau devenu très rare en élevage !

Tags : gros turdidés

Shama dayal 16/11/2010

mâle ( copsychus saularis ),

- photo et élevage de mon ami Olivier -
(http://passionshama.e-monsite.com/)

Le Dyal comme on l'appelle, est un oiseau très peu élevé suite à des
importations très sporadiques et des couleurs beaucoup moins attrayantes
que le shama à croupion blanc, qui a d'ailleurs exactement les mêmes m½urs.
Il possède aussi de nombreuses sous-espèces puisque son aire de répartition
étant l'Inde, la Chine allant jusqu'en Indonésie, avec des différences de taille
et d'intensité de plumage selon les sous-espèces, deux espèces aussi très proches
mais jamais élevées à ma connaissance ! le shama de Madagascar (Copsychus albospecularis)
et le shama des Seychelles (Copsychus sechellarum).
Le dyal est aussi moins difficile au point de vu nourriture, qui accepte
aussi bien les baies que différentes pâtées et serait moins sensible au froid,
je l'ai aussi remarqué puisque j'ai élevé cette espèce il y a déjà quelques temps !

Tags : gros turdidés

Shama dayal 16/11/2010

femelle ( copsychus saularis ),

- photo et élevage de mon ami Olivier -
(http://passionshama.e-monsite.com/)

La femelle beaucoup plus grise (délavée) que le mâle, discrétion, le point
évident pour ne pas être repairé lors de la couvaison !
Quand les oiseaux du genre cospsychus couvent, on ne les voit pas sur le nid
en général installé dans un endroit assez sombre, juste le yeux pour celui
qui à l'habitude de les voir.
Dommage qu'il ne soit pas plus élevé, des oiseaux qui reproduisent très bien
souvent avec moins de problèmes que le c. malabaricus.

- Important; on peut écrire son nom de trois façon, moi je l'écris comme je l'ai appris -

Tags : gros turdidés

Shama dayal (Bornéo) 27/08/2012

Shama dayal  (Bornéo)
mâle (Copsychus saularis adamsi)
- Photo d'Alex et Marie –
(http://www.voyageschezlesoiseaux.eu/accueil.htm)

Une des sous-espèces du Copsychus saularis saularis qui est endémique des l'île de Sumatra,
Java et Bornéo avec une autre sous-espèce le Copsychus saularis musicus qui est aussi
dans ces îles sauf Sumatra, le phénotype du C.s. adamsi et très proche de celui des Seychelles
le Copsychus sechellarum qui n'est pas de la même espèce mais plutôt une super espèce,
celui des Seychelles n'a pas les marques blanches sous-caudales et des marques alaires
beaucoup plus larges que les saularis.
Des oiseaux qui ont été faiblement présents dans nos élevages, mais sont devenus
extrêmement rares aujourd'hui en Europe. À l'époque de la nidification et même
dés fois hors reproduction, les shamas dayals sont extrêmement agressifs entre eux,
il arrive que certains sujets ne peuvent être mis ensemble ! peut-être que ce problème
a mis un frein à son élevage, pourtant il y a de très bons ténors dans ces oiseaux.

Les dix-huit sous-espèces que compte ce dayal (Copsychus saularis) ;
(introduit en australie)
- saularis
Basses-Terres du Pakistan à l'Inde n et w
- ceylonensis
SE l'Inde et le Sri Lanka
- erimelas
NE Inde au Myanmar, en Thaïlande et en Indochine
- andamanensis
Îles Andaman
- prosthopellus
S Chine (Sichuan à l'embouchure de la rivière Yangtze et Hainan) Ssp prosthopellus synonyme de candidature (HBW).
- musicus
Peninsular Thaïlande, la Malaisie et de Sumatra.
- nesiotes
SE Sumatra, Rhio archipel, et les îles Bangka Belitung
- zacneus
I. Simeulue (au large de Sumatra)
- nesiarchus
I. Nias (Sumatra)
- masculus
Batu îles (Pini, Tello et Tana Massa)
- pagiensis
Mentawi archipel, Siberut et Sipoura îles (au large de Sumatra)
- javensis
W Java
- amoenus
E Java et Bali
- problematicus
SW et w Bornéo
- adamsi
N Bornéo, Banggi et les îles adjacentes
- Pluton
E Bornéo et les îles Maratua
- deuteronymus
Philippines N (Luzon, Lubang et Palaui)
- mindanensis
Philippines S et Sulu Archipelago

(pour certains il y en aurait beaucoup moins, 13 sous-espèces !
quelques unes trop proches d'autres ont été retirées.)


Shama dayal  (Bornéo)
femelle (Copsychus saularis adamsi),
- Photo de Amar Singh HSS- -
(http://orientalbirdimages.org/)

La femelle de C.s.adamsi ressemblerait presque à un mâle de la nominale
avec un gris presque noir et un ventre plus gris aussi !


Shama dayal  (Bornéo)
mâle (Copsychus saularis pluto)
- photo Faglar –
(http://clandgren.se/faglar/Malaysia%202011/index.html)

L'autre sous-espèce à ventre noir, elle est plus diluée que la précédente avec une robe
plus cendre. Elle s'hybriderait à l'état sauvage avec le C.s.musicus
qui donnerait le C.s.problematicus de Bornéo !
Se qui assez anecdotique c'est que toutes ces sous-espèces de dayals ont les mêmes
M½urs que notre merle noir (turus merula), sauf les nids qui ont des endroits plus diversifiés
et surtout le chant qui est bien plus raffiné que le notre ! et en plus de grands imitateurs
comme les autres shamas.


Shama dayal  (Bornéo)
femelle Copsychus saularis pluto
- photo de folkert hindriks -
(http://bruneiviews.blogspot.fr/2012/08/my-garden-birds-i.html)

La femelle de C.s.pluto est comme le mâle mais beaucoup plus diluée avec une poitrine
et un ventre très gris, On pourrait se demander si ces deux sous-espèces ne sont pas issues
d'un mélanisme lointain ! ?


Shama dayal  (Bornéo)
mâle (Copsychus saularis musicus)
- Photo d'Alex et Marie –
(http://www.voyageschezlesoiseaux.eu/accueil.htm)

Un jeune mâle de C.s. musicus entrain de se mettre en couleur, comme tous
les oiseaux, la mue commence du bas du ventre en remontant vers le haute.
Par contre cette sous-espèce ressemble aux autres shamas dayals avec un ventre
qui reste blanc-cassé à blanc-brun pour les femelles et blanc pour les mâles,
les plumages usés changent aussi la donne sur la couleur (teinte) !
Il n'y aurait pas non plus de variantes géographiques sur le phénotype de toutes
les sous-espèces de ces dayals à travers leurs airs de répartition et pour certains
qui est très vaste.


Shama dayal  (Bornéo)
femelle (Copsychus saularis musicus)
- Photo d'Alex et Marie –
(http://www.voyageschezlesoiseaux.eu/accueil.htm)

Voila une très belle femelle de musicus. Les sujets que l'ont peut voir généralement
en élevage sont ceux du nord de la Thaïlande et sud de la chine, le C.s.erimelas
et le C.s.saularis, les sous-espèces la plus représentées dans les élevages d'Europe.

(Si un ornithologue averti voit quelques erreurs de photos d'espèces, qu'il me le signal
par mail à gauche sur mon blog.)

Tags : gros turdidés