• 201025 visits
  • 921 articles
  • 4067 hearts
  • 3994 comments

Solitaire à dos brun 20/02/2010

(myadestes occidentalis),

- photo et élevage de mon ami Serge -

Avec un aspect de gobe mouche, cet oiseau serait plutôt un turdidé des aires (oiseau vivant assez en hauteur dans les arbres), pas courant !
Son chant ressemble très fortement aux petits turdidés (catharus, luscinia,etc.),
pas comme les vrais gobes mouches qui ne font que gazouiller.
Un oiseau très peu courant dans les élevages, voir absent.

Tags : petits turdidés

Merlebleu de l'Ouest 25/11/2013

Merlebleu de l'Ouest

mâle ( Sialia mexicana ),

Une espèce qui a fait le forcing dans les élevages européens, étant assez prolifique et
rustique de nombreux jeunes voient le jours chaque année en plus il est rare d'avoir
des conflits entre les couples, pas comme avant quand les oiseaux étaient d'importation !,
ce qui demande beaucoup moins de surveillance par rapport à d'autres espèces de
petits turdidés, souvent assez énervés et intolérants !
Par contre un petit point qui peut stopper l'acquisition c'est qu'ils ne sont pas vraiment
des oiseaux chanteurs, ils émettent plus des sons sans vraiment de mélodie pour s'identifier
entre les sujets et assurer leurs sauvegardes, il a aussi un petit chant comme pourrait faire
une jeune shama à croupion blanc dans son apprentissage, mais leurs habits fait le reste.
Une espèce très proche mais moins élevée est le Merlebleu de l'Est (Sialia sialis), la
différence entre les mâles, c'est que la poitrine est plus orangé et un ventre blanc sans
la marque rouille dans le dos (pour le S.sialis), donc faire bien attention lors d'achat pour
ne pas mélanger les espèces !


Merlebleu de l'Ouest
femelle ( Sialia mexicana ),

La femelle est comme le mâle mais en plus diluée (attention il y a quatre sous-espèces,
voir peut-être deux de plus donc des variantes !), faire aussi attention avec Merlebleu
de l'Est (Sialia sialis) ou les femelles ont encore le poitrail plus orange et un dos plus
claire, les trois espèces de sialia sont toutes cavernicoles et nichent facilement dans
toutes sortes de nids boite, bûches, etc. qui est d'ailleurs choisis par le mâle et ensuite
c'est la femelle qui choisit un mâle bien marqué !
Des oiseaux qui ont un esprit communautaire ou l'on voit une entraide dans la nature
pour l'élevage ou la défense etc., chose aussi étonnante, c'est qu'ils dorment cote à cote
ce qui est rare dans la grande famille des turdidés !

Tags : petits turdidés

Merle bleu de l'est 21/02/2010

mâle (sialia sialis) ,

- photo et élevage de mon ami Serge -

Un oiseau très peu représenté dans les élevages européens, mais présents quand même,
avec un caractère assez pacifique se qui est rare pour les petits turdidés,
au début du siècle dernier cet oiseau était tellement bien représenté dans les élevages francais ,
que les marchands ne les reprenaient pas ! Pour dire que nous étions de bon éleveurs d'insectivores
et que les temps change assez vite.

Tags : petits turdidés

Gobe mouche narcisse 22/02/2010

mâle (ficedula narcissina),

- photo et élevage de notre ami Roberto -

Voici un mâle en plumage nuptial, les variantes selon les sous-espèces varient du jaune à
l'orange avec aussi des étendues différentes de couleur,
un oiseaux que l'ont pouvait voir dans les élevages, il y a encore une dizaine d'années,
mais je pense que son déclin est suite à son caractère de vrai gobe mouche, comme nos ficedula européens (des oiseaux que l'ont ne peut pas laisser ensemble hors saison d'élevage), avec une nourriture très spécifique ! Clé de l'élevage, sinon les sujets dépérissent assez vite,
" les gobes mouches sont vraiment une spécialité d'élevage ".
Un oiseau qui doit être considéré comme indigène en france, puisque une sous-espèce réside dans le paléarctique occidental, donc C.C.

Tags : gobemouches

Niltava à ventre roux 05/06/2009

mâle, ( niltava sundara ).

Un oiseaux que j'ai élevé pendant de nombreuses années, aussi dans le même genre, des petits niltavas ( n. macgrigoriae ) une petite merveille et des (n.davidi ), qui sont à mon avis la même espèce que le ( n.sundara ), mais pas de polémique.
Le problème avec ces oiseaux qui sont d'un calme irréprochable, c'est que un beau jour, mâle ou femelle ne peut plus supporter son conjoint et en l'espace de 15 minutes, l'un tue l'autre, donc une présence accrue de l'éleveur est indispensable, une règle générale pour bon nombre de petits oiseaux de cette grande famille.

Tags : gobemouches

Niltava à ventre roux 05/06/2009

Mâle, ( niltava sundara ).

- photo et élevage de mon ami Serge ( belgique ) -

Un commentaire ; " Pas moche le piaf ! "

Tags : gobemouches

Niltava à ventre roux 05/06/2009

Femelle au nid, ( niltava sundara ).

- photo et élevage de mon ami Serge ( belgique ) -


Les femelles ont une grande ressemblance d'une espèce à l'autre, seules la taille et leur intensité de couleur peuvent permettre de les reconnaitre, un élevage des plus pointus en gobe mouche.
" Chapeau Serge ! "

Tags : gobemouches

Pririt à collier 09/08/2011

Pririt à collier

Mâle ( Platysteira cyanea ),
Sur cette photo on peut voir que ce mâle est marqué (bague),
surement suite à une étude locale et/ou un comptage.
- photo de Alex et Marie -
( http://www.voyageschezlesoiseaux.eu/ )

Des oiseaux que l'on a pu voir en importation mais toujours en petits nombres
et associés avec d'autres gobemouches caronculés (ancienne dénomination
de ces oiseaux, encore avant appelés monarques) souvent avec une proportion
de mâles très importants, leur élevage ne s'est pas stabilisé, comme un bonne partie
des musicapidés qui restent des oiseaux assez difficiles à acclimater et demande
une température hivernal supérieur à 15°c. L'élevage demande aussi une alimentation
bien spécifique, le Pririt à collier consomme dans leur biotope principalement
des coléoptères taille moyenne de 10 à 20 mm et atteindre 40 mm pour des lépidoptères
en imagos et chenilles, mais consomme aussi des hyménoptères, cigales, gastéropodes, etc.
chose à savoir lors de l'élevage.


Pririt à collier
Mâle ( Platysteira cyanea ),
- photo de Alex et Marie -
( http://www.voyageschezlesoiseaux.eu/)

Voici un autre mâle, beaucoup plus jeune avec des caroncules moins découpées,
ce qui indique un âge approximatif de l'oiseau, ce qui est applicable à presque
toutes les espèces avec ces genres de proéminences.
Les immatures deviennent presque comme la femelle, les parties noires
deviennent gris claires, voire olives (plumage de jeune) avec un plastron
bien plus claire et sans caroncules.
Un oiseau qui se tient la plupart du temps près des cours d'eau mais peut
aussi s'installer dans les forêts subtropicales humides, il aime aussi
la proximité des habitations et est souvent observé dans les jardins, vergers, etc.
un peu comme le rougequeue noir ( phoenicurus ochruros ) de chez nous.
L'adulte fait un poids moyen de 15,5g pour une taille de 13 centimètres
donc de petits oiseaux.


Pririt à collier
femelle ( Platysteira cyanea ),
- photo de Alex et Marie -
( http://www.voyageschezlesoiseaux.eu/)


La femelle est presque identique au mâle mais avec un dimorphisme évident
comme tous ceux du genre, elle a principalement la tête gris cendré et non noirs
métallisé (reflets bleutés) du mâle avec un plastron marron (voir violacé)
avec un contour noir comme le mâle mais non blanc au centre,
elle lui reste juste un petit croisant sous la mandibule inférieure de blanc,
d'ailleurs cette espèce est très proche du Pririt à gorge noire (Platysteira peltata),
la différence principale entre ces deux espèces, c'est que la femelle de P. peltata
reste noir et leur aire de répartition est sud-africaine, quant au P. cyanea
sa répartition étant tout l'Afrique équatorial en remontant jusqu'au Sahara
et redescendent jusqu'en Afrique du sud, les deux espèces ont un léger
chevauchement de site de nidification dans le sud-est africain.


Pririt à collier
Mâle ( Platysteira cyanea ),
- photo de Alex et Marie -
( http://www.voyageschezlesoiseaux.eu/)

Leur morphologie dit tout sur le mode de chasse et leur biotope,
les ailes sont courtes et assez arrondies, la queue est courte,
les tarses assez bien développées et un bec bien caréné et large à la base,
ce qui montre une chasse dans des milieux fermés (très verdoyant)
avec une morphologie étudiée pour une chasse de cueillette, avec des
déplacements très précis et des sautillements de branches en branches
pour capturer les proies ou en volent ou en cueillette (la chasse se fait
comme nos mésanges par prospection), ces insectes étant dures
et volumineux vu la base du becs très large (pas évident de voir sur cette
photo) et équipé d'un crochet sur son extrémité. Il a été aussi
observé en s'aidant d'un patte pour tuer une chenille, un autre spécimen
a été vu en train de donner un papillon à sa femelle ! Mais comme
dans toutes les espèces il y en a des plus malins que d'autres.

Voilà tout ce qu'il faudrait savoir quand on veut se lancer dans une espèce
d'oiseau et cela quelle que soit l'espèce, pour la pérennité et le bon sens de l'élevage !


Mâle ( Platysteira cyanea ),

Un chant des plus disparates pour cet oiseau, mais original,
avec quelques notes souvent pas très justes !

Tags : gobemouches

Tchitrec à ventre roux 23/02/2010

mâle (Terpsiphone rufiventer),

- photo et élevage de notre ami Roberto -

Aussi appelé; gobe mouche à ventre roux où moucherolle à ventre roux,
la femelle est plus terne, notamment à la tête et au bec avec un cercle oculaire plus étroit
et les rectrices médianes moins allongées, il y a aussi des variantes d'intensités et d'étendus
de couleurs celon les sous-espèces et les régions.
un oiseau qui a été très peu élevé et je pense sans réussite d'élevage, tous les gobes mouches africains sont très dur à tenir en captativité !
Il y a aussi dans les plus beaux de ce genre, le tchitrec de paradis un africain (terpsiphone viridis)
et le tchitrec de paradis asiantique (terpsiphone paradisi), les deux espèces ont deux phases
blanches et roux avec comme le précédant des sous-espèces et des variantes géographiques
surtout pour l'africain, l'asiatique passerait en phase blanche (le roux passant au blanc) à sa troisième année ce qui est pas aussi sur pour l'africain peut-être des sous-espèces bien distinctes.

allez voir ces oiseaux magnifiques sur le net,
je ne peux malheureusement pas toutes les mettre (photos),
les autorisations prendraient des années et encore !

Tags : gobemouches